Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2010

Après avoir lu (et adoré) le cycle de l’Assassin Royal de Robin Hobb je m’attaque maintenant à ses Aventuriers de la mer.
 
Je viens donc d’en compléter le 1er tome. Ça augure franchement bien pour la suite.
 
Synopsis :
 
Dans ce premier volume d’une nouvelle série, Les Aventuriers de la mer, Robin Hobb se penche sur l’histoire d’une famille de grands propriétaires terriens, désormais ruinés, dont la seule richesse ne réside plus que dans un magnifique navire construit en bois-sorcier, La Vivacia.

Mais son capitaine va mourir, ne laissant que deux filles. L’une est mariée et mère de famille, l’autre, Althéa, véritable garçon manqué, a grandi sur le bateau et a toujours vécu parmi les matelots, le visage fouetté par les embruns de ses longues courses en mer et de ses innombrables voyages. Follement attachée au vaisseau, elle entretient avec lui une complicité étroite, persuadée qu’elle sera bientôt son unique maître. Pourtant, c’est à son gendre que le vieux capitaine, à toute extrémité, lègue le navire… Erreur funeste ?

Désespérée, mais passionnément résolue, Althéa jure alors de le reconquérir coûte que coûte.

 
 

Read Full Post »

 
Samedi soir, histoire de souligner la St Patrick, Andréanne et moi avons tenté de préparer un repas de cuisine traditionnelle irlandaise. Les résultats ont été à la hauteur de nos attentes.
 
Le repas a donc consisté en un "Traditionnal Irish stew" de même qu’un Colcannon en accompagnement.
 
Le stew a été fait en mijoteuse. Lorsque je faisais des recherches dans Internet j’avais immédiatement accroché sur cette recette puisqu’il fallait inclure 250 ml de Guiness. Et oui, un mijoté de boeuf à la Guiness. Voici le détail de la recette :
 

Ingrédients

  • 1/4 tasse d’huile d’olive
  • 1 1/4 lbs de boeuf à ragoût coupé en morceaux d’un pouce
  • 6 gousses d’ail
  • 2 tasse de bouillon de boeuf
  • 1 tasse de Guinness
  • 1 tasse de vin rouge
  • 2 c. à table de pâte de tomates
  • 1 c. à table de sucre
  • 1 c. à table de thym
  • 1 c. à table de sauce Worcestershire
  • 2 feuilles de Laurier
  • Pommes de terre (3 à 4 tasses)
  • 1 gros oignon
  • 2 tasses de carotes en morceaux
  • Sel et poivre
  • 2 c. à table de persil frais

Méthode de cuisson

1. Chauffer l’huile et faire dorer les cubes de boeuf.

2. Faire cuire l’oignon et l’ail dans un peu d’huile.

3. Ajouter tous les ingrédients dans la mijoteuse et cuire à feu doux pendant au moins six heures. Saupoudrer de persil frais et servir.

Quant au Colcannon ce fut en ce qui me concerne une agréable surprise.

Ingrédients:

  • Pommes de terre2 pounds russet potatoes
  • 4 tranches de bacon
  • 1 c. à table d’huile d’olive
  • 1 poireau, rincé et coupé en morceaux
  • 1 oignon
  • 2 gousses d’ail émincés
  • 2 tasses de chou vert en petits morceaux
  • beurre
  • lait chaud
  • 1/2 c. à thé de sel
  • 1/8 c. à thé de poivre

1. Faire cuire les patates et les réduire en purée. (Inclure le lait et le beurre.)

2. Pendant ce temps faire cuire le bacon. Lorsqu’il est prêt, le mettre dans du papier absorbant et ajouter de l’huile dans la poêle. Faire cuire l’oignon, l’ail, le poireau 3 à 5 minutes. Ajouter ensuite le chou et le faire cuire de 6 à 10 minutes, jusqu’à ce qu’il soit tendre.

3. Combiner la purée avec le mélange ci-dessus et servir. 

Read Full Post »

C’était donc le cinquième et dernier tome du cycle de Ramsès II. J’ai beaucoup aimé en apprendre un peu plus sur cet illustre pharaon qui a régné sur l’Égypte pendant 67 ans.
 
Voici le résumé de ce tome :
 
A cinquante ans, après tant de guerres, d’amours et de grandioses réalisations, Ramsès pourrait aspirer à la sérénité des vieux jours.
Mais il faut encore gouverner et combattre pour préserver une paix durement acquise.
L’empereur Hattousil, le Hittite, le somme d’épouser sa fille sous peine d’une nouvelle agression.
Durant trois décennies encore, le Fils de la Lumière devra maintenir l’ordre, concilier, régner.
Et quand le grand âge viendra, il ira s’asseoir à l’ombre de l’acacia d’Occident.
Ameni, son fidèle scribe, posera enfin son pinceau.
 

Read Full Post »

Brisingr

 
Il est assez rare que je lise un livre sans raisons. C’est habituellement parce qu’on me l’a recommandé, ou bien que j’ai entendu à quelque part que c’était bon.
 
Par contre pour le cycle de l’Héritage ça remonte à l’hiver 2007. J’étais sur le bord de la piscine dans un hôtel à Sihanoukville au Cambodge. Et il y avait une demoiselle (une française) plutôt mignonne au maillot blanc comme neige qui lisait le premier tome du cycle. Ça avait piqué un peu ma curiosité et dans les mois qui ont suivi j’ai lu les deux premiers tomes.
 
Je viens donc de compléter le troisième qui, selon ce que je pensais, devait être le dernier. Et non, il y en aura au moins un quatrième. J’ai bien aimé mais comme pour les deux premiers il y a beaucoup de descriptions et sur les 800 pages on pourrait bien en couper quelques unes et l’histoire n’en souffrirait pas le moins du monde.
 
Voici le résumé de l’histroire :
 
Eragon a une double promesse à tenir : aider Roran à délivrer sa fiancée, Katrina, des griffes des Ra’zacs et venger la mort de son oncle Garrow. Mais le combat continue contre Galbatorix. Les nains, les elfes, le peuple du Surda et les Urgals eux-mêmes se rallient aux Vardens, sous l’autorité de Nasuada. Ce qui ne va pas sans frictions et rivalités.
 
Quand à Eragon et Saphira, ils n’ont pas achevé leur formation. L’enseignement et les conseils d’Oromir et de Glaedr, le dragon d’or, leur sont plus que jamais nécessaires, car, entre batailles contre les soldats du tyran, luttes intestines et souffrances secrètes – l’elfe Arya est toujours présente dans les pensées d’Eragon –, le jeune Dragonnier et sa puissante compagne aux écailles bleues doivent sans cesse donner le meilleur d’eux-mêmes. Or, depuis que Murtagh lui a repris Zar’oc, Eragon n’a plus d’épée…
 
 

Read Full Post »

 
J’ai découvert ce petit restaurant il y a une bonne douzaine d’années. C’est mon ami Boris qui habitait à l’époque à Montréal qui m’y avait amené pour la première fois. On y sert quelques spécialités de la cuisine chilienne mais je crois bien que ce sont leurs empanadas qui attirent le plus de clients. Il y a en a plusieurs variétés mais moi je reviens toujours à la version originale, i.e. celui au boeuf avec des oignons, des olives noires et des oeufs. Accompagné de leur succulente sauce tomates ça fait un excellent p’tit lunch de milieu de journée. L’ambiance de ce petit resto est familiale et extrêmement sympathique. 
 
Il est situé au coin des rues Napoléon et De Bullion.
 
 
 
  

Read Full Post »

Samedi dernier Andréanne a eu ce petit cochonnet rose en pâte d’amandes pour son anniversaire. (Merci encore Renée !)
 
Elle qui aime les toutous, les p’tits bonhommes, elle n’a jamais réussi à le manger.
 
J’ai donc dû me sacrifier. Et encore, elle n’a pas voulu assister à la scène ! Rire
 
C’était délicieux !
 

Read Full Post »