Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2008

Meurtiers sans visage

 
L’été dernier Andréanne et moi étions rivés sur la télé à tous les jeudi soirs. Nous écoutions religieusement la série « Wallander – enquêtes criminelles », présentée à Télé-Québec. Ces épisodes, dont l’histoire se déroule principalement dans la municipalité de Ystad en Suède, sont inspirés de romans de Henning Mankell.
 
J’ai donc eu l’idée d’acheter les deux premiers tomes.
 
Meurtriers sans visage est le premier. Andréanne l’a dévoré tout cru. J’en ai fait de même juste après !
  
Synopsis :
Dans la campagne de Scanie, au sud de la Suède, un couple de vieux fermiers est sauvagement assassiné. La femme est torturée et, avant de mourir à l’hôpital, prononce un dernier mot : « étranger ». Ce double meurtre sordide va déclencher des réactions de colère et de xénophobie à travers toute la région.

L’inspecteur Wallander va découvrir sous la surface lisse de la Suède, une société en proie aux violences et aux haines les moins reluisantes. Il constatera que l’apparente bonhommie du couple n’est qu’une façade et que certains secrets sont bien gardés.

Dans le même temps, Wallander va devoir affronter la dure réalité de son divorce d’avec Mona, la lente agonie de son collègue Rydberg et des relations conflictuelles avec son père et sa fille.

Qui peut bien avoir assassiné deux personnes âgées dans une ferme isolée ? Pourquoi les assassins ont-ils donné du foin à la jument du couple après avoir commis leur crime ?

Meurtriers sans visages

Publicités

Read Full Post »

Sentier Mestashibo

Suite à une recommandation de mon collègue Normand et de nos amis Annie et Benoît nous sommes allés faire un tour en fin de semaine du côté du Sentier Mestashibo (www.mestashibo.com). Ce dernier longe presque tout le temps la rivière Ste-Anne et la nature y est à la fois magnifique et très sauvage. À certains endroits on a l’impression d’être très très loin de la ville. Et personnellement j’ai été même un peu surpris par sa difficulté. Premièrement c’est rarement plat et on y avance au milieu des roches, des racines et des troncs d’arbres.

 

Nous sommes donc partis de l’Église de St-Ferréol et nous avons fait un peu moins de la moitié du sentier en direction du Mont Ste-Anne. Peu de temps après la fourche menant à la Boucle des Cathédrales nous nous sommes arrêtés dans un belvédère surplombant la rivière histoire de casser la croûte. Nous sommes par la suite revenus sur nos pas. Après 4h15 de marche nous sommes arrivés, assez crevés quand même !

 

Il aurait été intéressant de poursuivre en direction du Mont Ste-Anne mais ceci nécessite d’avoir une voiture stationnée aux deux bouts du sentier qui compte 12,5 km au total.

 

Petit conseil : apportez suffisamment d’eau !

 

C’est un endroit extraordinaire où nous allons certainement retourner.

 

Read Full Post »

L’Assassin royal

 
Et oui ça faisait un certain temps que je voulais attaquer cette série. Mes collègues Sonia et Stéphane m’en avait plus d’une fois vanté les mérites. En même temps il faut dire que j’étais un brin intimidé par le fait qu’il y a au total treize livres. Ça fait donc plusieurs milliers de pages et plusieurs mois me seront nécessaires afin de passer au travers. Par contre je dois reconnaître que c’est excellent et que j’ai dévoré le premier tome de la série.
 
Pour ceux que ça intéresse j’ai trouvé le synopsis suivant. Je n’aurais pas pu mieux résumer l’histoire en quelques lignes.
 
« Au Royaume des Six-Duchés, le situation ne saurait être pire: le Roi-servant Chevalerie a abdiqué. En effet, il vient d’apprendre qu’il avait engendré un fils illégitime, Fitz (bâtard en anglais), le héros de la série. Celui-ci est pris sous l’aile de Burrich, le maître des écuries. Mais bientôt le Roi Subtil lui impose son destin: il sera assassin royal. Essentiel pour la survie de la nation, rompu à toutes les techniques d’assassinat et conseillé par son mentor Umbre, il devra lutter pour survivre en ces temps de guerre contre les Pirates Rouges. « 
 
Bonne lecture !
 
Assassin royal

Read Full Post »

Canard laqué

 

Histoire de célébrer notre 10ème anniversaire de couple, Andréanne et moi sommes allés hier soir dans un chic resto chinois de la ville. Suivant les bons conseils de mon ex-collègue et ami Ulrich, j’avais pris soin 48 heures à l’avance de réserver le dit canard.

 

Premièrement un serveur nous apporte dans une grande assiette le volatile et nous confirme que ça sera notre repas. Je dois dire qu’il avait fière allure (le canard, pas le serveur !) et que nos papilles gustatives se sont mises à saliver sur-le-champ.

 

Pour commencer, un potage aigre-piquant pour Andréanne et un velouté de crabe et asperges pour moi.

 

Pas trop longtemps après un jeune homme est arrivé avec une espèce de table sur roulettes. Là il s’est mis à nous préparer des crêpes toutes minces avec à l’intérieur des concombres, une sauce légèrement sucrée et … la peau du canard. C’était également servi avec des chips de riz et crevettes. Il y en avait pour trois ou quatre personnes mais bon, on a tout mangé car c’était succulent.

 

Par la suite le reste du canard nous a été servi sauté avec légumes et riz. Il était savoureux et fondait littéralement dans la bouche. Il y en avait beaucoup trop mais encore là on a réussi à tout finir.

 

En résumé ce fût une expérience culinaire fabuleuse et très originale.

 

Hautement recommendé !   

 

Read Full Post »

 
Et oui quelques mots d’explication sur la provenance de cette expression. En fait tout remonte à février 2005 alors qu’Andréanne et moi nous nous étions offerts une courte escapade de deux semaines dans le sud du Mexique. Histoire sans doute de fuir les rigueurs de nos trop longs hivers, de visiter deux ou trois pyramides et d’enfiler quelques Coronas bien glacées.
 
Le voyage tirait à sa fin et nous déambulions paisiblement dans les rues de Oaxaca, ville absolument magnifique qui m’avait été vantée plus d’une fois par mon ami Guy. Nous entrons donc dans une petite boutique et je tombe sur un t-shirt en apparence banal. En le regardant bien j’aperçois un chat (Gato en espagnol) un brin stylisé et c’était écrit en dessous (en petit caractères) "Gato Timido".
 
J’ai été immédiatement séduit par cette expression puisque le chat est sans contredit (et depuis toujours) mon animal domestique préféré. De plus (en autant que faire se peut) je crois partager avec ce dernier quelques traits de caractère. Quand au "Timido" de l’expression, quiconque me connaît un tant soit peu sait à quel point il me va à merveille.
    
Bien entendu je me suis délesté de quelques pesos et j’ai acheté sans hésiter le t-shirt !
 
Vous savez tout maintenant !
 
 

Read Full Post »