Feeds:
Articles
Commentaires

(18 mai 2017)

Ce matin nous amorçons la remontée de la côte ouest en direction de Galway. On emprunte une petite route qui nous fait passer par le col de Connor. Paysages très sauvages, des moutons, la mer. C’est magnifique.

Histoire d’économiser un peu de trajet, on prend un traversier à Tarbert. C’est pas beaucoup plus long que le traversier Québec – Lévis mais ça va coûter pas loin de 30$. 🙂

On arrive au début de l’après-midi aux Falaises de Moher. Cet endroit est extraordinaire. En plus, il fait très beau. On va longer la falaise pendant pas loin de quatre heures au total. La mer est déchaînée quelques centaines de pieds plus bas. C’est une excellente visite.IMG_7165

Juste avant d’arriver à Galway, on arrête brièvement au Château de Dunguaire. Ce dernier est très mignon. À marée haute, il aurait été presque complètement entouré d’eau.

IMG_7171.JPG

(19 mai 2017)

Journée entière consacrée à la découverte de Galway. C’est une petite ville agréable. Elle a une vieille université avec de vieux bâtiments. Une chose que l’on remarque dans ce coin du pays, c’est l’omniprésence de la langue gaélique. D’ailleurs, on entendra des gens le parler entre eux.

On se balade le long de la rivière qui serpente tout doucement à travers la ville. Il y a des messieurs qui pêchent le saumon. Il y a de nombreux cygnes également.

IMG_7191

Le centre de Galway est extrêmement animé. Dans les vieilles rues, il y a des musiciens partout. À noter tout particulièrement la jeune et jolie danseuse celtique. 🙂

En après-midi, on prend un petit chemin qui mène jusqu’à un phare. Avec le vent du large, il ne fait pas très chaud.

La visite du musée de la ville nous permet d’en apprendre un peu plus sur l’histoire de la République d’Irlande et de tous les conflits qui ont eu lieu avec la Grande-Bretagne.

Soirée assez festive dans un pub de la ville. Il y a de la musique, des moules, du vin et de la bière en masse !

(20 mai 2017)

Aujourd’hui, nous poursuivons notre route vers le nord. Nous nous dirigeons dans un premier temps vers Clifden. De là, nous empruntons une route panoramique de 12 km que l’on appelle la Sky Road. Il y a la mer, des lacs et beaucoup de moutons. Il fait très beau et c’est très agréable.

Nous nous dirigeons ensuite vers l’Abaye de Kylemore. Cette dernière a été construite par un homme très riche. Sa femme est décédée pas trop longtemps après et l’abbaye a été rachetée par les bénédictines qui en ont fait une école privée. C’est un endroit magnifique. L’abbaye est située sur le bord d’un lac. Il y a une petite église gothique, un mausolée pour le monsieur Kylemore et sa femme. Sans oublier les jardins où on fait pousser à peu près de tout. Seule déception :  l’abbaye est en restauration et une bonne partie de cette dernière est couverte d’échafauds.

Comme dernière visite de la journée, nous nous dirigeons vers Leenane. C’est le seul fjord que l’on retrouve en Irlande. Nous étions sensés le faire en bateau mais nous avons raté le dernier. En voiture c’était très bien également.

IMG_7251

On passe par une route très sauvage pour se rendre à Westport. On réalise que dans cette partie de l’Irlande, il vaut mieux avoir un réservoir d’essence bien rempli en tout temps.

(21 mai 2017)

N’ayons pas peur des mots : Dame nature va se déchaîner un peu ce matin. Le plan pour nous, c’est de grimper au sommet de Croagh Patrick. C’est un haut lieu de pélérinage. St Patrick lui-même y aurait jeûné pendant 40 jours. Il y a environ 700 mètres de dénivellation et l’aller-retour est sensé prendre 3-4 heures. C’est à une dizaine de kilomètres à l’extérieur de Westport. On voyait très bien cette montagne la veille, avec la minuscule chapelle au sommet.

Au moment de partir, les prévisions météorologiques ne sont pas très encourageantes mais on décide d’y aller quand même. Il va pleuvoir du début jusqu’au moment où on va arriver au sommet. Sur la descente, la pluie va s’arrêter. Nous sommes évidemment déçus car la vue est spectaculaire. On voit quand même assez loin mais ça aurait été nettement plus beau par temps clair.IMG_7271

On prend la route direction nord vers Mountcharles. On s’arrête en chemin au cimetière néolithique de Carrowmore. C’est un site intéressant. Il y a des ruines éparpillées en pleine campagne. Ça permet de voir comment la vie s’organisait il y a 5500 ans en Europe.

IMG_7282

Notre Airbnb est vraiment super. Les gens sont extrêmement sympathiques, la chambre très confortable. Pour souper, on se rend au seul resto de Mountcharles, qui est visiblement un tout petit village. C’est un endroit où littéralement tout le monde semble se connaître.

(22 mai 2017)

Ce matin, on se dirige vers Slieve League. On y retrouve les deuxièmes plus hautes falaises d’Europe, à 606 mètres. C’est très vert encore une fois. Il y a beaucoup de moutons. Dame Nature va se déchaîner encore un peu mais ce sera de courte durée.

On reprend la route en direction de Londonderry, en Irlande du Nord. On se dit qu’à un moment donné on finira par voir quelque chose qui s’apparente à une frontière. Dans les faits, il n’y aura rien de tel. On finit par voir des stations services avec un prix vraiment différents et des panneaux qui visiblement indiquent la vitesse en miles. Voilà, on est entré en Irlande du Nord.

Notre Airbnb à Londonderry sera un de mes préférés. La dame qui va nous accueillir est vraiment très sympathique. On a une chambre immense dans le grenier de sa maison.

Londonderry est vraiment jolie. Sa principale attraction, ce sont les murs qui entourent la vieille ville. On peut faire le tour au complet en marchant sur les murs. Il y a des canons, de jolis bâtiments, c’est une belle balade. On ne peut s’empêcher de comparer Londonderry à Québec à cause des murs. Andréanne et moi sommes tous les deux d’accord pour dire que c’est encore plus joli qu’à Québec.

Sinon, notons le joli Peace Bridge, qui permet de passer d’une rive à l’autre de la rivière Foyle. Et Guildhall, la version locale du Big Ben qu’on retrouve à Londres.

IMG_7293

(23 mai 2017)

Départ tôt ce matin en direction de Giant’s Causeway. C’est le point le plus au nord que nous aurons visité dans ce voyage. Ce site est franchement spectaculaire. Il s’agit de formations rocheuses assez uniques, que Dame Nature a mis des millions d’années à façonner. Ce site va nous occuper pendant plusieurs heures. On complète la visite par une longue balade le long de la falaise avec la mer en contre-bas.

IMG_7344

On se déplace ensuite à une quinzaine de kilomètres vers l’est, plus précisément à Carrick-a-rede. Il s’agit d’une toute petite île. À chaque printemps, les pêcheurs du coin installent un pont de corde pour relier l’île à la terre ferme. C’est une visite très agréable. Fait à noter : l’endroit où l’on stationne la voiture a été utilisé comme lieu de tournage pour la série Game of Thrones.

Pour le reste de la journée, on se déplace vers Belfast. Léger cafouillage à l’entrée de la ville. On va prendre la mauvaise sortie et perdre un bon 45 minutes à tourner dans un trafic d’enfer.

On habite dans un joli quartier au sud de la ville. Chambre immense encore une fois dans le grenier de la maison.

(24 mai 2017)

Visite éclair de Belfast. J’avoue que j’aurais bien aimé avoir un eu un peu plus de temps pour découvrir cette ville. On part assez tôt pour notre rendez-vous avec un chauffeur de taxi/guide. Il conduit un taxi noir comme on en voit partout à Londres. Il est très sympa et la visite a pour but d’en apprendre plus sur tous les problèmes survenus entre l’Irlande et la Grande-Bretagne. On se déplace dans le quartier protestant, dans le quartier catholique. On voit et on traverse le mur de 45 pieds de haut qui sépare les deux. On peut voir également les fameuses murales que l’on retrouve sur les bâtiments pour célébrer tel ou tel héros. C’est une belle visite.

IMG_7387

Pour le reste de la matinée, on s’offre une visite guidée de l’hôtel de ville. C’est encore là une occasion d’en apprendre sur la ville, sur l’histoire, etc.

En après-midi, on se balade un peu dans Belfast et vers 14h30, on reprend la route en direction de l’aéroport de Dublin. On va mettre deux heures et on trouve sans problème l’endroit où il faut remettre la voiture de location.

Retour en ville. En soirée, on se fait un dernier repas dans un pub de Temple Bar. On achète quelques souvenirs et voilà, c’en est fait de ces vacances en Irlande.

(25 mai 2017)

Après un petit déjeuner copieux, on reprend l’Express 747 en direction de l’aéroport. Notre vol vers Montréal est à l’heure. À 15h00 on y est. On passe la douane dans un temps record et l’autre Express 747 nous amène au terminal de bus. On prend le premier bus en direction de Québec.

IMG_7283
L’Irlande, un pays que j’avais dans ma mire depuis un certain temps. J’ai hésité longtemps, vu la piètre réputation que cette île a sur le plan météorologique. J’avais lu qu’en mai, la météo n’est pas pire qu’au milieu de l’été. Juste un peu plus frais. C’est sûr que nous ne nous attendions pas à enligner 14 journées de soleil mais bon, la météo n’a pas été si pire. Une vraie de vraie journée de merde à Cork. Mais pour le reste, pas mal de soleil et pas beaucoup de pluie. Le surnom de l’Irlande est l’île émeraude. En mai, nous confirmons que tout est bien vert et que la végétation y est glorieuse. Coup de cœur pour les rhododendrons qui sont à la fois gigantesques et magnifiques.

Mon autre hésitation allait pour la conduite à gauche. C’est un pays qu’il n’est pas vraiment possible de véritablement bien apprécier si on n’a pas ses propres roues. Et bien, j’ai décidé de plonger et avec l’aide de l’ami Nicolas pour les trois premières journées (rappelons qu’il a vécu pas loin de deux ans en Angleterre), tout s’est passé parfaitement. Je m’en réjouis d’ailleurs, car maintenant je n’hésiterai plus à louer des voitures dans des endroits où la conduite se fait à gauche.

Pour le reste, nous avons bien aimé le pays en général. Les irlandais sont des gens fiers de leur culture. Ils sont sympathiques et nous avons eu un bon contact avec eux, tout particulièrement dans certains Airbnb où nous avons eu la chance de parler avec les hôtes assez longuement. Nous avons bien aimé l’ambiance décontractée des pubs. La bière est toujours bonne et la nourriture pas si mal.

Quant au pays lui-même, nous n’en avons vu qu’une petite partie. Mais ce fut suffisant pour voir à quel point les paysages sont superbes. Les falaises, les moutons, les châteaux, la mer, tout était à notre goût.

En résumé, ce fut un voyage très réussi.

(10 mai 2017)

Nous partons donc en autobus en direction de Montréal. Ça faisait très longtemps que nous n’avions pas fait ça. Et je dois dire que nous n’avons pas l’intention d’en prendre l’habitude. Mais bon, tout se passe bien. On est à l’aéroport très longtemps à l’avance et notre vol vers Dublin partira à l’heure. Ce qu’il y a de bien avec l’Irlande, c’est que c’est tout près de l’Amérique du nord. Après un tout petit six heures de vol, on arrive et on est d’attaque.

(11 mai 2017)

On prend l’Express 747 (qui ne mérite définitivement pas le qualificatif d' »Express » ) jusqu’à notre hôtel. Ce dernier est somme toute modeste. Les hôtels à Dublin sont très dispendieux par rapport aux autres villes du pays. Cependant, il s’avérera extrêmement bien situé. Toutes les visites que nous feront dans la journée et demi passée dans cette ville seront dans un rayon de maximum deux kilomètres.

Pour cette première journée, beaucoup de soleil. La cathédrale de St Patrick, Stephen’s Green (un énorme parc) et Merrion Square. On marchera longtemps le long de la Liffey, la petite rivière qui traverse Dublin.

En soirée, on découvre Temple Bar, le quartier très animé de Dublin avec ses pubs et ses restaurants où on peut apprécier de la musique traditionnelle irlandaise et, bien entendu, enfiler quelques pintes de bières. Incidemment, la pinte en Irlande, tout comme en Angleterre, à 575 millilitres. 🙂

IMG_6921

Fait cocasse à signaler : nous avons été totalement déjoué par les prises électriques. Il faudra donc partir à la recherche (le lendemain) d’un adaptateur pour réussir à recharger nos appareils électriques et permettre à mon Andréanne d’utiliser son séchoir à cheveux.

(12 mai 2017)

Temps gris aujourd’hui, avec un petit crachin de temps en temps. Au programme, visite du Trinity College. C’est l’université la plus prestigieuse d’Irlande. Elle fut fondée en 1592 par la reine Elizabeth 1. Visite de sa magnifique bibliothèque où on pourrait facilement se croire dans une scène d’un film de Harry Potter.

On passe par l’hôtel de ville et par le Château de Dublin. La tour de ce château est d’ailleurs tout ce qui subsiste du Dublin médiéval.

Comme dernière activité de la journée, on passera beaucoup de temps à la Guiness Storehouse. C’est une des principales attractions de la ville. Installé dans un ancien entrepôt à grain, l’exposition qui utilise abondamment le multimédia, raconte dans tous ses détails le mode de production de ce divin nectar. La visite se termine par la dégustation d’une pinte au Gravity Bar, au 7ème étage du bâtiment. Pour moi, c’est une expérience unique de consommer une Guiness à Dublin. Je la goûte bien comme il faut et j’avoue, elle est succulente. Pour mon Andréanne, le rituel est simple : une gorgée, une grimace, une gorgée une grimace. Après 3-4 grimaces, elle abdique et je peux terminer sa pinte.

IMG_6988

Autre excellente soirée dans Temple Bar à profiter de l’ambiance des pubs et de la musique traditionnelle.

(13 mai 2017)

Ce matin nous partons tôt en direction de l’aéroport. Nicolas y est déjà. On prend possession de notre Nissan Micra. Elle est, comme son nom l’indique, bien petite. Mais après 12 jours, j’aurai développé une certaine affection pour elle. 🙂

Le premier contact avec la conduite à gauche se passe plutôt bien. Je suis évidemment un tantinet stressé mais on se rend sans anicroches à Glendalough. C’est un petit village à mi-chemin entre Dublin et Kilkenny. On y passera quelques heures à marcher dans un parc national et à visiter un site. C’est un bel endroit. Ça grimpe un peu et on a une jolie vue sur une vallée et un lac. Bon, la météo est en dent de scie. Il va pleuvoir un bon coup mais en général, on s’en sort assez bien.

IMG_6994

On mettra ensuite deux heures pour rejoindre Kilkenny. La route est belle, on aperçoit nos premiers moutons, il y a plein de fleurs.

C’est également notre premier Airbnb. Nos hôtes sont volubiles, très sympathiques et la chambre est tout ce qu’il y a de plus confortable.

Pour souper, on se rend au Kyteler’s. Ce pub est absolument magnifique et le groupe de musique traditionnelle irlandaise qu’on y entendra sera le meilleur de nos deux semaines dans l’île émeraude.

(14 mai 2017)

Ce matin, le soleil brille de tous ses feux à Kilkenny. On en profitera pour visiter le Château de Kilkenny. Ce dernier est bien sympathique. Il longe la rivière qui traverse la ville et il y a un énorme parc juste à côté.

IMG_7015

On se balade un peu dans la ville. À noter la très spectaculaire Église de St-Canice.

En après-midi on se déplace vers Cork où nous passerons la nuit. On s’arrête à mi-chemin au Rock of Cashel. Il s’agit d’une espèce de forteresse, située au sommet d’une colline. Nous faisons une visite guidée et c’est très intéressant. Fait saillant : il y a fait un froid terrible !

On soupe au Electrik, un petit resto branché de Cork.

(15 mai 2017)

Dure journée sur le plan météorologique. Pluie forte du matin jusqu’au soir. Le fait saillant de la journée sera contredit la visite de Cobh. C’est un charmant petit village de bord de mer que nous aurions certainement apprécié plus s’il avait fait beau. Ce qu’il y a de particulier avec ce village, c’est que le Titanic y a fait son dernier arrêt avant d’entreprendre sa traversée fatale. Il a embarqué les 123 derniers passagers.

On visite un endroit assez sympa qui se nomme le « Titanic Experience ». Vu la météo dehors, on prend notre temps pour tout visiter bien comme il faut. On y utilise passablement le multimédia. On apprend plusieurs choses.

Ce qu’il y a de vraiment bien c’est que lorsque l’on achète son billet, on nous remet une reproduction d’un vrai billet de passager du Titanic. À la fin de la visite, on peut interroger une base de données et on sait si ce passager a survécu ou non. Nicolas et moi avons péri dans le naufrage. Andréanne a survécu. Autre fait cocasse : à l’époque, la White Star Line, la compagnie qui était propriétaire du Titanic, avait un bureau au 53 rue Dalhousie à Québec.

BilletTitanic 001

De retour à Cork, on occupe notre temps comme on peut. Des magasins, une galerie de peintures moyennement intéressante et de bonnes bières de micro-brasseries irlandaises achetées à l’épicerie.

Pour souper, un resto de poissons très honnête où on mange du saumon et des calmars frits.

Un petit whisky à la taverne à côté de notre Airbnb et hop ! au dodo.

(16 mai 2017)

Retour du beau temps aujourd’hui. Nicolas repart pour Paris et de notre côté, nous nous dirigeons vers l’ouest en direction du Parc National de Killarney. J’avoue qu’on va faire 2-3 erreurs de débutants avec les carrefours giratoires et avec l’application GPS que nous avons sur notre tablette. Mais on se rend. On stationne la voiture tout juste à côté de la Muckross House. Il y a un magnifique lac et un sentier de pas loin de 10 kilomètres qui fait le tour. C’est une balade très agréable. Il y a encore une fois une multitude de magnifiques rhododendrons en fleurs.

Après avoir fait le tour du lac, on visite la maison. Ça nous fait penser beaucoup à la série britannique Downton Abbey. La maison est très jolie de l’extérieur. Il y a un grand parc de verdure tout autour.  L’intérieur est en excellent état. Et la guide qui nous fait faire le tour est très intéressante. Bref, nous sommes très satisfaits de cette visite.

IMG_7077

Pour rejoindre notre B&B, situé à Kenmare, nous empruntons une des plus spectaculaires routes de montagnes de notre deux semaines en Irlande. Il y a des vallées, des montagnes, des lacs et la lumière de fin d’après-midi est fabuleuse. Quant au B&B, ce sera notre meilleur hébergement du voyage. Fait cocasse : la dame s’appelle Mignonne. Leur maison est magnifique et le petit déjeuner du lendemain sera assez spectaculaire.

Pour souper, on se pose dans un pub et on écoute deux p’tits messieurs nous fredonner des chansons folkloriques irlandaises.

(17 mai 2017)

Autre journée magnifique côté météo. Nous quittons de bonne heure en direction du sud-ouest. C’est la Ring of Kerry, une route sinueuse qui longe en bonne partie la mer. On fera quelques arrêts : à Caherdaniel, pour jeter un coup d’œil à la maison Derryname, située au bord de l’Atlantique, à Waterville, endroit où Charlie Chaplin aimait bien aller passer ses vacances, à Ballinskelligs, pour les ruines du château McCarthy et de sa vieille abaye et finalement l’île de Valentia. Cette dernière est particulière car c’est là qu’ils  ont installé le premier câble transatlantique entre l’Europe et Terre-Neuve.

IMG_7097

On se pose pour la nuit à Dingle, petit village de pêcheurs.

Souper homards

Homards4
Homards1

Homards2

 

Homards3

Mont Brillant

raquette1

 

France 2016

(29 septembre 2016)

Arrivée à l’aéroport de Mulhouse pile-poil à l’heure. Les parents Droger sont là à nous attendre. On file comme prévu directement vers la Cave du Vieil Armand. Nous étions allés en 2012. C’est un endroit extrêmement sympathique où on peut déguster gratuitement chacun des vins qu’ils produisent. On en goûtera 8 ou 9. Le jeune homme qui s’occupe de nous parle avec passion de leurs produits. Finalement on boit pas mal et surtout très vite. Heureusement qu’on s’est fait un fond avec les succulents bretzels faits maison de François. On achète au total huit bouteilles. Certaines que nous rapporterons, d’autres pour Jean-Luc et Bérengère, d’autres pour les parents Droger.

De là, on grimpe en voiture jusqu’au Mémorial national du Vieil-Armand (Oui oui, encore le vieil Armand !). C’est un endroit érigé en souvenir des combats qui eurent lieu entre la France et l’Allemagne en 1915 et qui firent 25 000 morts.

Pour le reste de la journée ça se résume à peu de chose : de multiples apéros, retrouvailles avec Laurent (frère de Nicolas), souper bien arrosé de vin.

(30 septembre 2016)

Aujourd’hui, visite de l’Éco Musée d’Alsace. En gros, c’est un endroit où on a installé des vieilles maisons traditionnelles alsaciennes qui étaient sensées être détruites. Elles ont été déménagées ou démantelées et reconstruites. C’est un site assez vaste. Il fait beau et il n’y a pas trop de monde. Donc c’est très agréable.

img_6768

Il y a une boulangerie, une forge, une petite école, un petit château fort, un salon de barbier et j’en passe. On fait un tour de barque sur une petite rivière artificielle.

On dîne sur place. Aux dires des parents Droger, ils servent une excellente et très authentique cuisine alsacienne. Incidemment, Andréanne  renoue avec les succulents fleischnakas, ces roulades de viande que maman Droger nous avait servies en 2012.

Nicolas arrive de Paris en début de soirée. Jean-Luc et Bérengère sont présents également. Tout est en place pour une soirée extrêmement festive.

(1 octobre 2016)

Le plan pour aujourd’hui est d’aller à pied jusqu’à la ferme auberge Strohberb. Il y a 630 mètres de dénivellation et 2h de marche. La météo n’est pas très inspirante mais on décide de s’en tenir au plan. Finalement, ça ne sera pas si pire. On est un peu à l’abri sous les arbres de la forêt vosgienne.

Comme toujours en ferme auberge (nous y étions allés en 2012), on mange beaucoup trop. Ça commence donc par une soupe. On enchaîne avec un gros morceau de tourte (quasiment un repas en soi) et on continue avec le jambon et les patates. On termine par une tarte aux myrtilles et du fromage blanc au kirsch. Ouf !

img_6793

On revient sur nos pas et là c’est beaucoup plus facile car ça descend tout le long du trajet.

En soirée, il faut mentionner que j’avais signalé il y a plusieurs mois notre envie de refaire une soirée flamenkush comme en 2012. On s’était donc un peu « invité » chez Jean-Luc et Bérengère. Les flamenkush de Jean-Luc étaient toujours aussi succulentes. Et cette année on a même eu droit à une flamenkush dessert à la pomme et à la cannelle. J’ai pris des notes et je me promets bien d’exporter le concept au Québec pour en faire bénéficier certains de nos amis.

Autres faits à signaler : le fromage « Sein de nounou » et le spectaculaire Schlumberger Cuvée Clarisse, sélection de grains nobles.

img_6798

Une autre soirée extrêmement festive.

(2 octobre 2016)

Dernière journée an Alsace. En matinée, on part faire une petite balade dans Lautenbach. Pour dîner, on fait la connaissance de Mamie, qui fêtera ses 100 ans en janvier 2017. Andréanne et moi réalisons que c’est la première fois qu’on rencontre une personne aussi âgée. Je décrète que moi aussi je veux vivre jusqu’à 99 ans et être encore capable de boire du vin et de manger du Munster !

Il y a Cécile (la sœur de Nicolas) et son conjoint, leurs deux filles. Un autre excellent repas de maman Droger comme toujours bien arrosé de vin.

Jean-Luc et Bérengère viennent nous reconduire à la gare de Mulhouse. On l’a joue un peu serré. En effet, on arrive à notre wagon exactement trois minutes avant le départ du train. Trajet sans histoire jusqu’à Dijon. Nicolas, de son côté, poursuit jusqu’à Paris.

L’hôtel est tout près de la gare. Andréanne bougonne un peu. (Je vous fais grâce des remarques qu’elle passe à son sujet!) Le plus drôle c’est définitivement la dame à la réception. Un vrai de vrai personnage de film. Elle n’arrête pas de dire au chien qui est là à côté d’elle de cesser de japper. À un moment, elle lui balance que s’il n’arrête pas, elle va le mouliner ! Nicolas nous expliquera le lendemain que ça veut dire « passer au hachoir à viande ».

On part se balader un peu. L’ambiance de la ville est un peu glauque. Il fait froid, c’est sombre. À un moment, on assiste presque à un début de bagarre. On se pose dans un petit café et on ne rentre pas très tard.

(3 octobre 2016)

Météo superbe à Dijon aujourd’hui. L’ambiance est complètement différente de la veille et nous allons bien aimé cette ville en fait. Dijon est bien calme en ce jour de milieu de semaine du mois d’octobre. On découvre de très jolies églises, des parcs, des maisons à colombages. Il y a un tramway flambant neuf. On s’arrête chez Maille, ce vieux marchand de moutarde très connu. Leurs produits sont abondamment disponibles, même à Québec.

img_6805

Pour dîner, on choisit un petit bistro hyper sympathique. Ce sont les travailleurs des alentours qui viennent s’y restaurer. Il y règne une ambiance parfaitement authentique. C’est ce genre d’ambiance que nous n’avons pas rencontré souvent lors de notre séjour dans les Balkans.

En après-midi on se balade encore un peu et à 16h on reprend le TGV en direction de Paris. C’est assez frénétique à la gare et dans le métro à l’heure de pointe, mais à 18h30 on est chez Nicolas.

En enfile des IPA en guise d’apéro avec des croustilles et des cornichons de chez Maille. On conclut avec un authentique poulet à la Bonnemine accompagné d’un vin blanc de Bourgogne acheté quelques heure auparavant à Dijon.

(4 octobre 2016)

Dernière journée de vacances. Comme la veille à Dijon, il fera un temps radieux à Paris. Pas très chaud cependant. Aux alentours de 18 degrés. Nous avons un gros programme pour la journée donc nous partons assez tôt.

Nous faisons nos touristes et descendons juste à côté de la Tour Eiffel. On constate qu’il y a plus de sécurité que lors de notre dernier passage. On longe ensuite la Seine jusqu’à Place de la Concorde. On fait un arrêt chez Fauchon pour permettre à Andréanne de refaire ses stocks de thé. Ensuite, on s’arrête pour dîner dans un autre petit bistro à l’ambiance presque aussi authentique que la veille à Dijon.

Dans les arrêts obligés de la journée, il y a ensuite le magasin Ted Baker. Il faut marcher quelques kilomètres vers l’ouest. Après avoir fait le tour du magasin bien comme il faut et avoir utilisé la carte de crédit, on rejoint le Coulée Verte. C’est un trajet de 4,7 km piétonnier et aménagé sur une ancienne voie de chemin de fer désaffectée. C’est agréable et paisible. On est loin du tumulte de la ville. On termine la journée par un petit tour dans le parc de Vincennes et on rentre en métro.

img_6867

Pour souper, on se rend au restaurant Galia, pas loin de chez Nicolas. C’est un excellent repas pour terminer en beauté ces vacances.

(5 octobre 2016)

Jour de retour. On part vers 7h30. Tout va s’enchaîner parfaitement bien. Deux métros et un RER. À Charles de Gaulle, on voit Maxime Dubois et Anne-Marie Maheu qui finalement seront sur les deux mêmes vols que nous.

À Montréal, on constate que le bordel aux douanes n’est pas réglé. Même en prenant la voie rapide des gens qui ont un vol de correspondance, on attend pas mal. Mais bon, pas de problèmes pour attraper notre avion vers Québec. Ce petit vol ne dure qu’une trentaine de minutes. C’est le début d’octobre et les paysages automnaux sont spectaculaires.

 

Balkans (2ème partie)

(21 septembre 2016)

Ce matin on termine notre exploration de Mostar. On se rend en premier à la Place Spansky. C’était durant la guerre, la ligne de front entre la Croatie et la Bosnie Herzégovine. Il y a encore de nombreux édifices en ruines. D’ailleurs, je soupçonne que dans ce coin-ci, pas mal tous les édifices étaient en ruines. La majorité ont déjà été reconstruits.

On visite une ancienne maison turque. La dame qui nous fait visiter est très intéressante et parle un anglais impeccable. Une fois la visite terminée, elle nous sert une espèce de limonade faite à base de roses. Nous sommes tous les trois d’accords pour dire que c’est délicieux.

On complète par la visite d’une vieille mosquée et de son minaret. La vue d’en haut est excellente.

Pour nous, c’est le temps de partir. Dommages, car il y avait visiblement juste après un espèce de spectacle ou de compétition de saut depuis le célèbre pont de Mostar jusqu’à la rivière, plusieurs dizaines de pieds plus bas.

img_6456

Arrivée à Dubrovnik en fin d’après-midi. L’appartement qu’on a loué est très bien. Juste à côté de la station de bus. Pour le reste de la journée, on part découvrir Dubrovnik. Comme prévu, la ville est absolument magnifique. Surtout avec la lumière de fin d’après-midi. On découvrira cependant qu’il y a beaucoup de touristes. En plus, nous sommes en septembre et paraîtrait que c’est bien pire l’été. 🙂

(22 septembre 2016)

On commence la journée par la visite des murs de la ville. On peut en effet parcourir un chemin de 1.8 km et qui suit les fortifications. Il fait super beau et c’est une super balade. On se promène ensuite dans les petites ruelles de la ville et quand on a le sentiment d’avoir fait le tour, on sort de la vieille ville et on se lance à l’assaut de la petite montagne juste derrière. Il y a 400 mètres pour rejoindre la forteresse de Napoléon. Panorama à couper le souffle. Au sommet, on visite un petit musée qui parle de la guerre. On regarde un film et on assiste en direct au bombardement de la vieille ville, qui était déjà à l’époque classée patrimoine de l’UNESCO. Quelle bêtise humaine !

Pour souper, on se trouve un petit resto autour de notre appartement. On constate qu’il y a une différence importante au niveau du prix des restos par rapport à ceux la vieille ville.

(23 septembre 2016)

Ce matin nous prenons un bateau en direction de l’île de Mljet. C’est assez loin en fait. On met un peu plus d’une heure 30 pour s’y rendre. Le but de notre visite est de se dégourdir les jambes dans un parc national. On marchera un bon quatre heures. On suit un sentier qui parfois longe la mer, parfois s’enfonce dans une petite forêt. C’est extrêmement paisible. On ne croisera que deux autres randonneurs. Le sentier est parfaitement bien balisé. Ce n’est pas toujours plat mais bon, ce n’est pas vraiment difficile non plus.

Petit souper aux alentours après plusieurs apéros à l’appartement. 🙂

(24 septembre 2016)

Comme notre bus pour Split part seulement en après-midi, nous profitons de nos derniers moments à Dubrovnik. On se balade de l’autre côté de la ville, i.e. le côté est. Selon moi, c’est de là que la vue sur Dubrovnik est la plus jolie. On voit le vieux port et une jolie plage. Incidemment, la couleur de l’eau est assez spectaculaire. On grimpe un peu dans un petit quartier de banlieue et on finit par avoir une superbe vue.

img_6593

Après avoir cassé la croûte dans un petit resto de la vieille ville (je mange des sardines et je suis très content !) nous visitons le monastère franciscain. Il y a un très joli cloître, que l’on voit à plusieurs reprises dans la saison 6 de Game of Thrones. 🙂

On quitte à 15h30 et nous roulerons sur une rutilante autoroute. Ça va tellement bien que nous arriverons 30 minutes d’avance à Split.

Après avoir déposé nos sacs dans nos appartements respectifs (c’est la dernière nuit dans les Balkans pour Nicolas), nous suivons les recommandations de la dame qui s’occupe de la location et nous nous dirigeons vers le restaurant Fife. Festin gargantuesque de calmars et de poissons. Nous aimerons tellement ce resto que j’y retournerai deux autres fois avec Andréanne.

(25 septembre 2016)

Visite de Split. Météo absolument superbe. D’ailleurs au final, nous n’aurons pas eu une seule goutte de pluie en 10 jours en Croatie.

Split est une ville unique. Le coeur de la ville est bâtie autour du temple de Dioclétien, empereur romain qui a vécu un peu après Jésus-Christ. Plutôt que d’avoir isolé les ruines, elles ont été intégrées aux constructions plus modernes. Ça donne un mélange assez bizarre parfois.

On se balade pas mal dans les petites rues. Comme Dubrovnik, Split est sur le circuit des croisières. Il y a beaucoup de monde dans la vieille ville. On visite la cathédrale, sa tour d’où la vue sur la mer et les environs est excellente, sa crypte, le trésor. On visite également le temple de Jupiter, devenu par la suite le baptistère de St-Jean.

img_6651

En après-midi, on explore d’autres coins. Il y a quelques plages soit carrément dans la ville, soit tout juste à l’extérieur.

Pour Nicolas, c’est terminé. Il quitte vers Paris en fin d’après-midi. De notre côté, on retourne au Fife, comme la veille, pour un souper hautement carnivore.

(26 septembre 2016)

Départ en ferry à 9h15. On met une heure et des poussières pour rejoindre en bateau l’île de Hvar. On trouve facilement notre appartement. On calculera plus tard qu’il faut grimper 185 marches pour s’y rendre.

Journée pas très compliquée. On explore la ville qui est absolument magnifique. La seule chose qu’on pourrait critiquer, tout comme à Split et à Dubrovnik, c’est l’ambiance un peu trappe à touristes. Ça manque juste un peu d’authenticité malheureusement.

On commence par grimper jusqu’au fortiza espagnola. C’est pas très haut mais la visite du fort est très sympa. Et la vue excellente. En après-midi on fait une longue balade le long de la mer.

img_6674

(27 septembre 2016)

On va se demander jusqu’à la dernière minute comment occuper notre journée. On décide d’aller explorer la forteresse de Napoléon (Et oui, encore une autre !) pour commencer. Notre GPS nous montre très clairement le sentier pour y aller. De plus, lorsque nous arriverons au début du sentier, on s’apercevra qu’on peut aller jusqu’à Brusje en deux heures.

Finalement, ce sera un excellent choix. La vue sur la mer et les petites îles en face (Paklini) où nous irons en kayak le lendemain est absolument superbe. La balade nous amène assez haut sur l’île de telle sorte qu’on voit la mer de l’autre côté également. Il y a de jolies collines, des plantations d’oliviers. Sur Hvar, il paraîtrait qu’il y a 349 jours de soleil par année.

Brusje est un petit village très pittoresque. On s’y arrête pour boire un p’tit café et on revient sur nos pas. En après-midi, nous faisons une autre balade le long de la mer mais dans la direction opposée par rapport à la veille.

(28 septembre 2016)

Dernière journée à Hvar. Aujourd’hui nous avons rendez-vous à 10h pour une sortie en kayak de mer. Nous sommes un groupe 100% canadien (les trois autres personnes sont de Ottawa et Toronto) avec une guide bien sympathique.

Premièrement, ça fait plusieurs années qu’Andréanne et moi n’avons pas fait de kayak. Donc, nous sommes déjà très contents d’en faire. Mais en plus, les paysages sont magnifiques. L’eau est d’un beau bleu. Il n’y a pas trop de vagues, sauf au retour lorsque nous croiserons quelques gros bateaux.

On contourne les îles Pakleni et on s’arrête dans une petite baie pour dîner. On relaxe. Je vais nager un peu et bien que nous soyons presque rendu en octobre, l’eau n’est vraiment pas froide. Une très belle balade en kayak.

img_6726d

Pour le reste de la journée, on se promène un peu et on attend paisiblement le bateau qui va nous ramener à Split. Après avoir déposé nos affaires à l’appartement, on file en vitesse au restaurant pour un dernier festin de calmars.

(29 septembre 2016)

Notre séjour dans les Balkans est terminé. On dépenses nos derniers kunas à l’épicerie à côté de notre appartement (Vin et café). On ramasse nos affaires et on prend le bus de 9h30 en direction de l’aéroport. Tout se passe parfaitement bien, le vol est pile-poil à l’heure.

À l’aéroport de Mulhouse, les parents Droger sont là pour nous accueillir. Comme convenu, on file directement vers la Cave du Vieil Armand, pour une frénétique dégustation de vin d’Alsace.

(Suite de nos vacances en France ici.)